Le 6 juin 1944, les américains débarquent en Normandie.

Le 26 juillet, les lignes allemandes sont enfoncées à Avranche par le général Patton après le plus grand bombardement de la seconde guerre mondiale (4 000 tonnes de bombes seront lâchées ce jour-là, 60 000 bombes pour 12 km2 de bocage, soit 5 000 bombes incendiaires au km). Dès lors, plus rien n’arrêtera les troupes alliées.

Le 17 aout, on commence à entendre le bruit des canons aux alentours de Moret.

le 18 on apprend qu’une troupe de reconnaissance américaine se trouve à Bourron. Le génie allemand garnit les ponts et le viaduc sur le Loing, le canal, l’Orvanne et la Seine de bombes, dont 4 torpilles de 250Kg sur le pont du canal et 4 autres sur le pont de l’Orvanne.

Le lendemain, les habitations à moins de 200 mètres des ponts sont évacuées par mesure de précaution en attendant l’explosion des bombes.

Le dimanche 20 aout, les détonateurs sont mis en place tandis que le bruit des canons se rapprochent.

Le 21, la circulation sur les ponts est interdite. A 19h, les bombes sur le viaduc explosent. une arche en fonte s’effondre dans le Loing entrainant avec elle sa voisine (hors champ) déjà mal en point après le bombardement anglais.

Incrustation d'une photo d'époque dans une photo récente: Le viaduc de moret
Incrustation d’une photo d’époque dans une photo récente: Le viaduc de moret détruit
© Cyril Loiseau (via Jacques Dangé)

Suite page suivante…

Le marais d’Episy s’étend sur 44 hectares (dont 14 hectares de tourbière). Il compte plus de 200 espèces végétales, des dizaines d’espèces de libellules, de criquets, de sauterelles et de papillons, 60 espèces d’oiseaux migratoires ou sédentaires, des mollusques et bien sûr des batraciens ou même des lézards. certaines de ces espèces sont rares, voire très rares, protégées ou menacées. On y aurait aussi croisé quelques serpents :'(

Histoire du marais

Considéré comme l’un des sites les plus remarquables depuis le XVIIIe siècle jusqu’au années 50, ce marais à bien souffert à la fin du siècle et a bien failli ne pas survivre à l’industrialisation. En effet, sa surface a été réduite de 80%: Une partie a été asséchée par drainage et plantation de peupliers; dans les années 60 la partie nord est remblayée (transformée depuis en parking et terrain de sport) puis une une carrière s’installe dans les années 70 à l’ouest, cette dernière déréglant de façon irréversible son irrigation naturelle par la mise à nu de la nappe phréatique et le creusement de l’étang qu’on peut encore observer aujourd’hui. S’ensuit une disparition de certaines espèces remarquables de la flore du marais.
En 1982, Sa valeur écologique est reconnue, le département en récupère la propriété et des mesures de protection sont mises en place.
En 1988, un bilan écologique établit une politique de réhabilitation, effective depuis 1998:
Le niveau de l’étang est relevé et contrôlé, la plupart des peupliers sont arrachés, Une digue entre le marais et l’étang empêche le marais de s’y vider et un système d’irrigation artificiel par le pompage de l’étang via une éolienne est mis en place pour empêcher son assèchement. La survie du marais dépend encore aujourd’hui du bon fonctionnement de ce système. Un suivi semestriel de l’évolution est opéré mais malgré les efforts, on constate encore en 2007 que la biodiversité du marais est toujours en danger bien que de nombreuses espèces soient réapparues.
Aujourd’hui, malgré les atteintes portées au marais dans le passé, la richesse de sa biodiversité est de nouveau reconnue à travers toute l’Ile de France.
Le marais est classé E.N.S. (Espace Naturel Sensible) en 2014, Natura 2000 et il a reçu le label international de la « liste verte » en 2019.