Je vous avais parlé il y a quelques temps de la légende de Saint Mathurin. En voici la suite avec l’histoire de la basilique:

En 1005, le propriétaire des terres du village en fit don au chapitre de Notre Dame de Paris. La partie la plus ancienne, l’abside, fut construite en 1160. La basilique elle même fut édifiée à partir de 1175 pour accueillir les reliques de Saint Mathurin et les présenter aux pèlerins qui ne cessent de se succéder au tombeau de Saint Mathurin depuis le 9e siècle. La construction dura jusqu’au 16e siècle.

Le chœur et le transept, ainsi que la nef datent du 13e siècle. Le portail de la tour nord présente des ressemblances avec certains portails de Notre-Dame de Paris, probablement parce qu’elle a été construite par le chapitre de Notre Dame de Paris.

Dès cette époque, la grande tour-clocher a été voulue, mais son édification ne se termina qu’au 15e siècle. Le rez-de-chaussée de la tour est un porche ouvert sur trois côtés. Au dessus 3 étages existaient.

Au 14e siècle, la chapelle de la vierge et la sacristie furent édifiées. La chapelle contient encore aujourd’hui un retable datant de la fin du 15e siècle.

La grande tour de la basilique Saint Mathurin de Larchant
La grande tour de la basilique Saint Mathurin de Larchant
© Cyril Loiseau

En 1490, la foudre incendie le toit de l’église. L’incendie se propagea au village.

L’église fut sérieusement abîmée pendant les guerres de religion. A peine restaurée en 1567, l’église et les reliques reliques furent pillées et elle fut incendiée volontairement en 1568.

L’église subit un ouragan en 1585 et on décida alors d’abandonner la nef et d’un construire un mur de soutien au milieu.

Un autre ouragan s’abat sur l’église en 1654 et en 1674 elle subit un autre incendie.

En 1675, un pilier de la grande tour s’effondra en détruisant une partie de la nef. Il n’en reste que les façades nord et est.

En 1840, l’église sous la menace d’un effondrement fut interdite aux fidèles.

Elle est classée aux monuments historiques depuis 1846, avant que des travaux soient exécutes pour permettre sa réouverture en 1870, suivis d’autres au cours du 20e siècle.

Connaissez-vous la légende de Saint Mathurin? Charles Fichot, dans son livre « Les monuments de Seine-et-Marne: description historique et archéologique et reproduction des édifices religieux, militaires et civils du département » vous la racontera mieux que moi :