Comme j’en ai déjà parlé ici, je vais cette fois vous raconter l’histoire du saint:

La légende de Mammès veut qu’il soit né en prison en l’an 259 en Turquie, peu avant la mort de ses parents, emprisonnés à cause de leur foi chrétienne.
Il fut alors adopté par Ammia, une riche veuve qui l’appela « Mamas » à cause de ses premiers balbutiements.

Adolescent, il devint un ardent défenseur de la foi. Apprenant cela, l’empereur Aurélien envoya le gouverneur de Césarée le faire abjurer, ce que Mamas refusa. Celui-ci tenta de le bruler au torse avec des torches, mais sans que cela ait un quelconque effet. Il le fit jeter dans l’eau avec un poids, mais un ange l’emporta sur le mont Argée, où il apprivoisa les bêtes et les fauves.

Plus tard, il retourna à Césarée, où il fut a nouveau condamné à être jeté dans une fournaise, ce qui n’eut pas non plus d’effet sur lui. Il fut alors livré aux lions, qui refusèrent de le dévorer. Las, le gouverneur lui planta un trident dans l’abdomen. Il se releva, arracha le trident et s’enfuit dans une grotte où il mourut, à 16 ans.

Des miracles auraient eu lieu sur son tombeau:
Il est invoqué par les personnes ayant souffrant de coliques. Il est le protecteur des personnes ayant des fractures osseuses et de ceux qui sont allaités

On pense que c’est Adam Péniers dont une dalle se trouve dans l’église qui rapporta de Constantinople une relique du saint et des linges imprégnés de son sang et fit bâtir un sanctuaire en son honneur au centre du hameau qui prit le nom de Saint-Mammès.

On dit aussi que les chiens enragés se rendaient d’eux-même faire le tour de l’église avant de se coucher devant sa statue pour ensuite repartir guéris.

Eglise de Saint-Mammès
église de Saint-Mammès
© Cyril Loiseau

Une ancienne chapelle d’un prieuré bénédictin, dédiée au saint du même nom. Elle aurait été construite autour de l’an 1000: divers éléments constitutifs permettent de la dater, bien que sans précision.
Elle est inscrite aux monuments historiques depuis 1926 et a été rénovée en 1990.
Cette photo a été prise aux derniers rayons du soleil.

© Cyril Loiseau

Le viaduc ferroviaire de Saint-Mammès, vu depuis le panorama de Vernou-la-Celle-sur-Seine

Conçu entre 1846 et 1848 et mis en service en 1849, le viaduc de Saint-Mammès, aussi appelé viaduc de moret est long d’environ 500 mètres en ligne courbe. Il comporte 30 arches de 20 mètres de haut en maçonnerie dont deux plus grandes qui permettent de franchir le Loing (à gauche, quasiment invisibles sur la photo). Ces deux arches ont été initialement conçues en fonte, mais en 1940, l’une des deux arches est dynamitée par les français pour freiner l’envahisseur allemand. Ces deux arches seront reconstruites en béton armé après la guerre.

Sur la photo, Moret-sur-Loing est au dessus du viaduc tandis que Veneux-les-Sablons et Saint-Mammès sont en dessous.

© Cyril Loiseau