On ne sait pas beaucoup plus de choses sur l’église Saint-Pierre de Samoreau que sur la grange aux dîmes.

Elle fut sans doute érigée par les les moines de l’Abbaye de Saint-Germain-des-Prés. La nef, du 12e siècle et couverte de tuiles, est la partie la plus ancienne tandis que le chœur et le transept de style gothique sont plus récents et couverts d’ardoise.

Avant la révolution, le clocher comportait deux cloches, dont l’une fut descendue pour être fondue. Celle qui reste serait l’une des plus anciennes du département. Elle porte l’inscription suivante: « L’an 1500 fut faicte à Samoisseau en Brie et fut nommée Marie ».

En 1870 la foudre s’est abattue sur la flèche qui fut détruite.
L’église fut inscrite aux monuments historiques le 22 aout 1949.

L’église Saint-Pierre
L’église Saint-Pierre 1/2
© Cyril Loiseau
L’église Saint-Pierre
L’église Saint-Pierre 2/2
© Cyril Loiseau

On sait peu de choses sur la grange aux dîmes de Samoreau.

Elle date au moins du 13e siècle, voire plus tôt. Sa charpente du 15e ou 16e siècle. Elle faisait partie d’une grande ferme dont elle est un des derniers éléments subsistant, avec le pigeonnier.

A cette époque le fermier était chargé de percevoir les dîmes de grains et de vins qui y étaient stockées.

Elle est inscrite aux monuments historiques depuis le 30 mars 1926
Elle a été rénovée en 2019 par la municipalité.

La grange aux dîmes
La grange aux dîmes
© Cyril Loiseau

Le pigeonnier de la grange aux dîmes de Samoreau a été récemment racheté par la municipalité pour que l’ensemble retrouve l’intégralité de ce qu’était la ferme du bas-Samoreau.

Le pigeonnier de la grange aux dîmes
Le pigeonnier de la grange aux dîmes
© Cyril Loiseau