Un lieu très dépaysant à préserver parmi les ruines du domaine du château de Ravanne, qui n’existe plus du tout de nos jours.

Cascade de Ravanne
Cascade de Ravanne
© Cyril Loiseau

Après que saint Séverin mourut en 507 à Château Landon en revenant de Lutèce après avoir guéri Clovis (entre autres), le roi Childebert fit d’abord élever à flanc de la falaise une basilique vers 545. La ville devint alors un lieu de pèlerinage.
En 1151, La basilique est érigée en l’abbaye royale de Saint Séverin par Louis VII. Les clercs qui l’occupaient devinrent alors les Chanoines réguliers de Saint-Augustin.

Elle fut notamment restaurée et agrandie au 15e siècle. En 1497, 6 chanoines arrivèrent de l’abbaye de Windesheim (aux Pays-Bas) pour réformer les lieux. Bientôt, 5 abbayes se joignirent à cette réforme, ce qui aboutit en 1503 à la formation de la « Congrégation des Chanoines réguliers de l’ordre de Saint-Augustin réformés au royaume de France », dite congrégation de Château-Landon (approuvée en 1508)
Cette congrégation disparut dès 1515 quand l’abbaye de Saint-Victor de Paris y entra; on préféra dès lors faire revivre l’antique congrégation de Saint-Victor. L’abbaye de Château-Landon vit sa réforme compromise. Elle entra en conséquence dans la congrégation de France (Génovéfains) en 1636.
Elle fut saccagée et pillée à de multiples reprises au cours de l’histoire.

A moitié démolie à la révolution, elle fut vendue comme bien national. Cent ans plus tard, son propriétaire André Ouvré en fit don au Département de Seine-et-Marne pour qu’on en fasse un hospice de vieillards indigent. Elle est aujourd’hui occupée par une maison de retraite, raison pour laquelle on ne peut la visiter. Cependant, le parc est accessible aux visiteurs.

Elle est classée aux monuments historiques depuis 1937.

L'abbaye royale de Saint Séverin
L’abbaye royale de Saint Séverin
© Cyril Loiseau

Le 6 juin 1944, les américains débarquent en Normandie.

Le 26 juillet, les lignes allemandes sont enfoncées à Avranche par le général Patton après le plus grand bombardement de la seconde guerre mondiale (4 000 tonnes de bombes seront lâchées ce jour-là, 60 000 bombes pour 12 km2 de bocage, soit 5 000 bombes incendiaires au km). Dès lors, plus rien n’arrêtera les troupes alliées.

Le 17 aout, on commence à entendre le bruit des canons aux alentours de Moret.

le 18 on apprend qu’une troupe de reconnaissance américaine se trouve à Bourron. Le génie allemand garnit les ponts et le viaduc sur le Loing, le canal, l’Orvanne et la Seine de bombes, dont 4 torpilles de 250Kg sur le pont du canal et 4 autres sur le pont de l’Orvanne.

Le lendemain, les habitations à moins de 200 mètres des ponts sont évacuées par mesure de précaution en attendant l’explosion des bombes.

Le dimanche 20 aout, les détonateurs sont mis en place tandis que le bruit des canons se rapprochent.

Le 21, la circulation sur les ponts est interdite. A 19h, les bombes sur le viaduc explosent. une arche en fonte s’effondre dans le Loing entrainant avec elle sa voisine (hors champ) déjà mal en point après le bombardement anglais.

Incrustation d'une photo d'époque dans une photo récente: Le viaduc de moret
Incrustation d’une photo d’époque dans une photo récente: Le viaduc de moret détruit
© Cyril Loiseau (via Jacques Dangé)

Suite page suivante…

Le soleil se couche sur la ville de Grez sur Loing

La tour de Ganne
La tour de Ganne
© Cyril Loiseau

La basilique saint Thugal fut érigée par les moines de l’abbaye de saint Sevrin au 11e siècle sur les remparts de la ville qui descendent jusqu’à 20 en contrebas, à côté de la poterne sud.

Elle fut d’abord dédiée à saint Étienne jusqu’à ce que les reliques de saint Thugal, fondateur du monastère de la ville de Tréguier dont il fut évêque et considéré comme l’un des 7 saint fondateurs de la Bretagne, y soient conservées au 10e siècle.

Il ne reste plus de la basilique que la tour du clocher qui se dresse sur 6 étages et quelques morceaux de murs intégrés dans les maisons d’habitation environnantes.

Elle est l’un des plus anciens monuments de la ville, inscrite aux monuments historiques le 18 mars 1926.

La tour de la basilique saint Thugal
La tour de la basilique saint Thugal
© Cyril Loiseau