C’est au 12e siècle que fut construit par Louis VII un premier château dont il ne reste presque rien, sur les fondations duquel fut reconstruit le château actuel par Aymard de Brisay, seigneur de La Motte et de Lorrez de 1480 à 1512.

Il fut vendu à la révolution, puis abandonné.

En 1839, il fut racheté par Paul de Ségur et restauré dans son état actuel.

Il fut fréquenté par la célèbre comtesse de Ségur lorsqu’elle rendait visite au cousin de son époux. Il est toujours à l’heure actuelle la propriété des descendants de cette même famille.

Le château a la forme d’un L masquant une terrasse invisible depuis la rue et entouré de douves (qu’on ne voit pas sur la photo) encore remplies d’eau au milieu d’un grand parc.

Le château est inscrit aux monuments historiques depuis le 12 mai 1975. Il ne se visite pas et on ne peut accéder au parc qu’en de rares occasions.

Vue sur la façade ouest du château de la motte à Lorrez-le-Bocage
Vue sur la façade ouest du château de la motte à Lorrez-le-Bocage
© Cyril Loiseau
L'entrée du château de la Motte
L’entrée du château de la Motte
© Cyril Loiseau

C’est tout ce que l’on peut voir depuis la rue.

Quand la nuit s’écroule sur le jour, on assiste à un mélange d’ombres et de lumière, de couleurs chaudes et froides qui subliment l’automne, pour le plus grand plaisir de nos yeux!

coucher de soleil sur la ville
Coucher de soleil sur la ville de Moret sur Loing
© Cyril Loiseau

Le même endroit, 2h plus tôt:

Donjon et Eglise Notre dame de la nativité
Le donjon et l’église Notre dame de la nativité
© Cyril Loiseau

L’église Saint Thomas de Cantorbéry fut construite entre 1612 et 1614 par l’architecte Colin, selon la volonté de Henri II de Condé en remplacement de l’église précédente détruite sur ordre de son grand-père Louis 1er, dit « le prince Huguenot », probablement construite sur la place située devant le château.
Elle fut restaurée en 1854 par Viollet-le-Duc puis remaniée au 19e siècle.

Elle abrite les sépultures de la famille des Condé et en particulier, dans la Chapelle sud, le mausolée du Prince Henri II, œuvre de Gilles Guérin. Tous les Princes et Princesses de Condé jusqu’à la fille de Louis XIV reposent en cette église ainsi que dans la chapelle nord et celle du général de la Ferrière, pair de France et propriétaire du château, sous la Restauration..

Dégradée lors de la Révolution Française et plusieurs fois remaniée au 19e siècle, où on lui ajouta l’actuel clocher en 1864 par Lefort, a souffert, au 20e siècle d’un déficit d’entretien qui a conduit, il y a une dizaine d’années, la municipalité à entreprendre de très importants et très couteux travaux de restauration qui ont permis à la commune de restaurer, entre autres choses, toute la couverture, la totalité de la voute, et de repeindre entièrement l’église, d’en restaurer les boiseries, d’en drainer les murs, imprégnés d’humidité, de refaire les vitraux du chœur.

Le monument aux morts quant à lui, occupe l’ancienne place des marronniers, il rappelle la trentaine d’habitants morts au front durant la Première Guerre mondiale et les deux civils tués en 1940.

Monument aux morts, église, maison
Monument aux morts et église
© Cyril Loiseau

J’aime bien les couleurs, mais aussi cet effet d’ancienne gravure sépia, alors pas de souci, je vous propose les deux 😛

Choose your team!

La villa des roses (Sépia)
La villa des roses (Sépia)
© Cyril Loiseau
La villa des roses (Couleurs)
La villa des roses (Couleurs)
© Cyril Loiseau

le 12 septembre, nous célébrons l’anniversaire de François 1er.
Quoi de mieux pour le représenter que La galerie qui porte son nom au château de Fontainebleau?

Il est de notoriété publique que François 1er n’aimait pas Charles Quint, qui lui avait soufflé sous le nez le trône de l’empire d’Europe qu’il convoitait.
Il y eût des guerres entre les deux et François 1er fut capturé par son ennemi.
C’est à sa libération que François 1er fît réaliser cette galerie d’apparat de 64 mètres de long sur 6 de large, pour en mettre plein la vue à Charles Quint. Invité à Fontainebleau mais insensible au faste du château, Charles Quint n’y restera que peu de temps.

Galerie François 1er
Galerie François 1er
© Cyril Loiseau

Un vitrail au dessus d’un confessionnal de l’église Saint-Louis de Fontainebleau laisse passer la lumière et imprime sont motif au sol.

confessionnal sous les rayons de la lumière
Confessionnal sous les rayons de la lumière
© Cyril Loiseau