Le 6 juin 1944, les américains débarquent en Normandie.

Le 26 juillet, les lignes allemandes sont enfoncées à Avranche par le général Patton après le plus grand bombardement de la seconde guerre mondiale (4 000 tonnes de bombes seront lâchées ce jour-là, 60 000 bombes pour 12 km2 de bocage, soit 5 000 bombes incendiaires au km). Dès lors, plus rien n’arrêtera les troupes alliées.

Le 17 aout, on commence à entendre le bruit des canons aux alentours de Moret.

le 18 on apprend qu’une troupe de reconnaissance américaine se trouve à Bourron. Le génie allemand garnit les ponts et le viaduc sur le Loing, le canal, l’Orvanne et la Seine de bombes, dont 4 torpilles de 250Kg sur le pont du canal et 4 autres sur le pont de l’Orvanne.

Le lendemain, les habitations à moins de 200 mètres des ponts sont évacuées par mesure de précaution en attendant l’explosion des bombes.

Le dimanche 20 aout, les détonateurs sont mis en place tandis que le bruit des canons se rapprochent.

Le 21, la circulation sur les ponts est interdite. A 19h, les bombes sur le viaduc explosent. une arche en fonte s’effondre dans le Loing entrainant avec elle sa voisine (hors champ) déjà mal en point après le bombardement anglais.

Incrustation d'une photo d'époque dans une photo récente: Le viaduc de moret
Incrustation d’une photo d’époque dans une photo récente: Le viaduc de moret détruit
© Cyril Loiseau (via Jacques Dangé)

Suite page suivante…

Les terrains ont été acquis par le département entre 1999 et 2003. Le lieu est fréquenté depuis la préhistoire: des poteries datant de l’âge de bronze y ont été trouvées lors de fouilles dans les années 50 dans les terrains alentours, aménagés depuis cette époque en zones pavillonnaires. D’importants travaux ont été menés par la municipalité pour le restaurer, l’aménager et le préserver.

On peut y trouver une grande variété de plantes, telles que des orchidées sauvages ou des cardamines impatientes. De nombreuses espèces d’oiseaux apprécient le lieu pour sa nourriture abondante et pour y nicher.

E.N.S. "Les Basses Godernes"
© Cyril Loiseau

Une ancienne chapelle d’un prieuré bénédictin, dédiée au saint du même nom. Elle aurait été construite autour de l’an 1000: divers éléments constitutifs permettent de la dater, bien que sans précision.
Elle est inscrite aux monuments historiques depuis 1926 et a été rénovée en 1990.
Cette photo a été prise aux derniers rayons du soleil.

© Cyril Loiseau